Siège auto, rehausseur : que choisir pour ses enfants ?

chaise avec un ballon rose

Ce siège est fort joli, mais il n’est pas homologué !

Siège auto, rehausseur, que choisir pour bien assurer la sécurité de vos enfants ? La gamme est large, les normes se multiplient, et les prix ne sont pas toujours très attrayants. Ne négligez pas cet élément important, pour conduire en famille, en toute tranquillité.

wilov: devis d'assurance auto

Sommaire

Les différents groupes : en fonction de l’âge et du poids de votre enfant

Depuis le 1er janvier 1992, tout enfant de moins de 10 ans doit être installé dans un dispositif de retenue adapté. Et vous devrez acheter au moins deux dispositifs au fil des ans : un siège pour les premières années, puis un rehausseur par la suite.

Le siège auto dispose d’une étiquette indiquant la gamme de poids afin de l’adapter correctement.

Il existe 5 catégories labellisées de 0 à 3 :

  • Groupe 0 : de la naissance à 10 kg, soit environ 18 mois.
  • Groupe 0+ : de la naissance à 13 kg, soit 2 ans et demi-3 ans.
  • Groupe 1 : de 9 à 18 kg, soit 1 an à 5-6 ans.
  • Groupe 2 : de 15 à 25 kg, soit 4 à 9 ans.
  • Groupe 3 : de 22 à 36 kg, soit 7-8 ans à 12 ans.

Certains sièges couvrent plusieurs tranches de poids ; ainsi font-ils partie de plusieurs groupes à la fois, et on les note comme suit :

  • Groupe 0/1 et 0+/1 : jusqu’à 18 kg.
  • Groupe 1/2/3 : de 9 à 36 kg.
  • Groupe 2/3 : de 15 à 36 kg.

Concernant les rehausseurs : à partir de 15kg minimum légalement, mais ceux-ci sont conseillés le plus tard possible pour que l’enfant puisse bien rester en place avec sa ceinture. Généralement, le rehausseur est employé pour les enfants d’environ 4 ans. Pour les versions sans dossier, peu recommandées du fait de leur absence de protection latérale, il faudra que l’enfant mesure au minimum 125 cm (janvier 2017).

Le visa d’homologation : indispensable !

Il faut également vérifier que cette fameuse étiquette porte la mention « universelle » afin que le siège auto s’adapte à toutes les marques automobile et la lettre E, entourée d’un cercle, signifie que le matériel est conforme à la norme européenne.

Le nombre qui suit ce marquage correspond au pays qui a délivré l’homologation (2 pour la France).

inline-6105

Depuis 1995, le texte qui s’applique aux systèmes de retenue pour enfants est le règlement n°44 ECE/ONU de Genève, appelé plus simplement R44.

Notons que le R44 s’applique aux fabricants de sièges auto et aux fabricants de véhicules.

Cela concerne notamment le système Isofix qui doit équiper tous les véhicules neufs vendus depuis février 2011, avec au moins deux places équipées à l’arrière. Les sièges peuvent encore être homologués selon le R44 (a priori jusqu’à fin 2015) et leur vente sera autorisée jusqu’en 2018.

Le règlement R129 (ou I-SIZE) est une évolution du R44. Il a pour buts principaux de généraliser l’utilisation du système Isofix et d’allonger la période obligatoire d’installation dos à la route. De plus, le R129 impose un essai dynamique en choc latéral qui n’est pas prévu par le R44. Ainsi, les sièges homologués selon la norme R129 ont des chances d’être plus sûrs que ceux homologués selon la norme R44.

Une autre différence marquante avec le R44 est la classification des sièges. Selon le R129, ils ne sont plus classés par groupes de poids mais selon la taille de l’enfant.

Depuis 2013, le R129 se met en place progressivement et son implémentation se fera en 3 phases:

  • Phase 1 : entrée en vigueur le 9 juillet 2013, elle concerne les sièges à harnais équipés d’attaches Isofix pour enfants mesurant moins de 105 cm
  • Phase 2 : entrée en vigueur prévue fin 2017/début 2018 ; elle concernera les sièges de type rehausseurs dépourvus de harnais pour enfants de plus de 105 cm, et qui s’installent avec des attaches Isofix ou la ceinture de sécurité.
  • Phase 3 : pas de date fixée ; elle concernera les sièges uniquement ceinturés.

Sièges d’occasion : faites attention (la sécurité de vos enfants n’a pas de prix)

Lors de l’achat d’un siège auto d’occasion, vous pourrez rencontrer quelques problèmes :

  • Achat d’un siège auto accidenté : vous n’avez pas l’historique du siège. Donc aucun moyen de savoir s’il a subi un choc ou un accident. En cas d’accident, un siège auto doit être impérativement remplacé.
  • Manque d’entretien : transpiration, fumées, tâches, usure des tissus… Il y a forcement des microbes car le siège n’est pas lavé régulièrement. Aujourd’hui, la plupart des housses des sièges auto sont amovibles – sachez tout de même que les anciens sièges auto ne se retirent pas totalement, ce qui rend leur nettoyage complet impossible.
  • Absence de garantie : il n’y a aucun recours possible pour vous faire dédommager en cas de problème.
  • Non conforme aux dernières normes européennes : attention, c’est un point important, à ne pas négliger.

Bref, si vous en avez les moyens, nous vous conseillons tout de même d’acheter un siège neuf…

Installation: face ou dos à la route ?

Désormais, l’enfant doit obligatoirement rester dos à la route jusqu’à ses 15 mois, ce qui correspond à une taille de 75 à 80 centimètres. Avant cet âge, on considère que la tête d’un bébé est encore trop lourde et son cou pas suffisamment développé pour supporter un choc frontal. Vous noterez enfin, que désormais, c’est la taille de l’enfant et non son poids qui compte afin d’éviter des problèmes d’articulation.

                                                                                                                                                        Elodie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s